• S.Ch.

Mais j'y croyais

Mis à jour : févr. 19

J'y croyais, à l'espoir.

Je parlais d'espérance.

Je proclamais ta justice.


Je chantais ton amour, je riais de joie dans ton pardon.

Je rigolais fort dans ta vérité.

Je savourais ta douceur en paix.

Je me delectais dans ta grâce.


Ce sombre endroit où dans un instant tu regardes droit dans le yeux

toute la puissance du mal.

Parfois le choix de l'homme est si obscur.

Et tout ce que je croyais beau, soudainement, ne l'est pas.

Cette force qui écrase en détruisant, qui égorge en découpant. Elle arrache la vie, l'envie, le souffle de tes membres.


Ne le cache pas, ton coeur cassé.

Chaque fibre de ta source, brisée.

Chaque battement, pulvérisé.

Tu le couvres, dissimulé; tu l'ignores dans un coin oublié.


Je crie, poussant de cris d'horreur

décharnée

je n'ai plus de peau

et ma chair brûle exposée aux flammes d'un feu constant

et ce que je pensais un seul moment est devenu permanent

et je ne respire que du bout des poumons, ils sont remplis de fumée,

asphyxiée par le silence de la mort.


Coupable. Pardonnée !

Trop tard... Elle est morte. L'espoir.

Condamnée. Délivrée !

Trop tard... Elle est détruite. L'âme.


Car j'ai oublié ton amour.

Je ne le saisis plus.

Je ne le vois plus.

Je ne le vis pas.

Mais j'y croyais.



Crédit Photo: Engin Akyurt 

5 vues

Posts récents

Voir tout

Foi

©2020 par Histoires d'ajourd'hui. Créé avec Wix.com