• S.Ch.

Jalouse

Je vais parler à la jalousie ce soir.

Je vais lui parler d'un Dieu d'amour, bon, saint et pur. Ça c'est ma foi; mon Dieu est lumière et il n'y a point d'obscurité en Lui.


La jalousie m'a tourmentée quand j'étais petite: j'ai été victime des filles qui me détestaient. Elles ne m'aimaient pas. Et j'étais effrayée, seule et triste. Très triste.


J'ai voulu ignorer tout ça et me suis forgée une personnalité plutôt indépendante, pleine d'espoir et de rêves d'une réalité meilleure.


Je ne voulais causer du tort à personne et faisais des efforts pour plaire à tout le monde. Même à ces yeux qui me regardaient avec mépris. La jalousie m'entourait comme une ombre sans me toucher. Elle me lançait de coups qui me faisaient tomber.


Quand j'ai grandi j'ai eu moi-même un rendez-vous avec la jalousie. Elle a frappé tellement fort qu'elle a brisé les portes de mon coeur et a empoisonné mes veines.


J'étais jeune, faible, et remplie de peurs à cause des échecs répétés. Je courais une course qui ne m'appartenait pas et j'ai finit par détester ma propre peau. Les objectifs que je ne pouvais pas atteindre brillaient dans les parcours des autres filles. Alors une voix acide est venue me siffler à l'oreille: "ne sont elles meilleures que toi ?"D'autres femmes avançaient alors que je me comparais et je me battais contre l'air.


Comme un serpent, la jalousie m'a mordue.

J'ai couru, loin, fort loin.

Ne voulant pas regarder ces femmes. Les éloignant de moi pour ne pas les envier.


Je me suis forgée une personnalité de pierre; endurcissant mon coeur. La jalousie avait corrompu mon esprit, j'ai à peine échappé à son enlace mortel.


Et puis un jour j'ai connu les feux de la jalousie d'une manière écrasante. La jalousie m'a brûlé vive. Mon coeur criait, mon âme se tordait et je ne pouvais pas échapper à cette haine terrible. La jalousie était un poids si lourd sur mes épaules et mon crâne qu'elle a brisé mon coeur irrémédiablement. Sur tous mes os a coulé le poisson de l'envi. Mon squelette tremblait corrodé par la jalousie la plus hideuse. Elle voulait ma chair. Elle mangeait mes entrailles. La jalousie me persécutait toute la journée et me rendait visite lors de mes rêves la nuit.


C'est le jour qu'une femme quelconque est apparue dans ma vie que ça a commencé. À chaque fois que je la voyais la jalousie opprimait mon coeur entre ses griffes comme un prédateur avide de mon sang. Je ne savais pas comment m'y échapper. Je me mettais à genoux, sans savoir à qui m'adresser, en voulant que ça s'arrête. Je ne voulais pas haïr cette femme. Je ne lui voulais pas du mal. Et pourtant elle représentait tout ce dont je rêvais tellement fort en ce moment.


Certes, en ce moment j'étais dans la quête la plus intense. J'aspirais à une vie de réussites avec un tel homme, une telle destinée, une telle fin. Et je m'étais lancée dans cette quête un jour quelconque avec une avidité coupable. C'est alors que cette femme est apparue le lendemain même que je n'aie embrassé ces lèvres empoisonnées pour la première fois.


L'homme à qui je venais de donner mon coeur, je le savais, ne m'aimait tout simplement pas. Et elle, je le savais, elle est apparue avec tous les atouts pour voler son coeur. Et elle l'a fait. Naturellement, lentement, irrémédiablement. Elle a conquis l'amour de cet homme que je désirais. Jour après jour et devant mes yeux. Pendant des mois j'ai tout fait pour continuer à attirer son attention. Petit à petit il devenait de plus en plus froid et indifférent. Comme un produit consommable et jetable, il a bu de toutes mes petites attentions. Sans aimer ni un seul de mes pores. Ce n'était que du confort tandis que son coeur battait de plus en plus fort pour cette femme.


Ainsi je l'ai vécue, la jalousie, pas à pas, agonisante. J'étais aveuglée et capricieuse. Pourquoi courir après des constructions mort-nées? C'était une bataille que j'avais perdue avant de commencer: nous ne pouvons forcer personne à nous aimer: soit l'amour envers nous est dans leur coeur, soit il ne l'est pas.


Ce qui me rendait le plus jalouse c'était la facilité avec laquelle il était tombé amoureux d'elle. Qui n'avait pourtant rien fait. Et moi, j'avais tout donné. Je me couchais chaque soir et me réveillais chaque matin sous l'ombre du vide, de l'humiliation et du rejet. Je me sentais morte dans mon corps. Et je suis devenue celle que j'avais depuis toute petite fuit : une femme jalouse.


Comment m'en sortir?

Mon Seigneur et mon Dieu!

Secours moi; apprends moi à devenir plus comme toi.

Plus de ta bonté, plus de ta vérité; et tout le mal arrache-le de mon âme.

Sanctifie mes pensées, mes choix.

Fais de moi une guerrière qui se batte pour tes voies.


Dieu merci, Il est venu me chercher. En ce moment, Jésus m'a parlé du pardon un jour quelconque. Il m'a raconté comment Il avait versé son sang pour sauver mon âme.

Et les chaînes de la jalousie sont tombées pour libérer mon coeur et ma vie à jamais.


Cette femme, je le pense honnêtement, aurait pu conquérir le coeur de cet homme avec plus de respect et de soin à mon égard. Or, seulement Dieu connaît parfaitement ce qu'elle a pensé dans son for intérieur tout au long de cette torture. Parfois nous manquons tous de miséricorde vis-à-vis des autres. Pour l'homme, lui aussi il aurait pu me traiter différemment. Et pour moi, j'aurais du garder mon coeur avant toute autre chose.


C'est vrai parfois pour tous; par manque d'attention, de patience nous ne nous rendons pas compte de ce que nous actes font autour de nous et même dans nos propres coeurs.


Aujourd'hui je me suis rappelée de cette histoire, car j'ai dû encore revivre dans mon âme ce combat. Je me suis rappelée que quand une femme, autour de moi, reçoit dans sa vie ce dont j'avais rêvé je vais remercier Dieu pour elle. Car mon coeur n'appartiendra plus jamais à la jalousie. D'autres femmes peuvent avoir toutes sortes de bénédictions, je ne souhaite plus être dans une course de comparaison avec aucune d'entre elles. Dieu m'a délivrée des lianes de la jalousie à jamais.


C'est un choix: je ne vais pas maudire. Je vais bénir. Admirer. Encourager. Respecter. Aimer. Peu importe ce que Dieu m'enlèvera, et ce que les autres recevront. Je Lui fais confiance. Il y a un chemin pour chacun. Ma course avec un Dieu de bonté est celle de la fraternité, la communion et l'union en Jésus-Christ avec tous mes frères et soeurs. Il n'y a point d'obscurité dans la lumière de l'amour de notre Seigneur. Et cet amour règne dans tout moi.


Ce soir je vais parler à la jalousie et je vais lui dire clairement: arrière de moi satan.

Car je respecte toute femme quelque soit les bénédictions du Père dans leur vies.

Ma portion est Dieu, Jésus et le Saint Esprit.

Mes richesses sont dans les lieux célestes. Rien de ce que nous pouvons recevoir ici bas est comparable avec la couronne de vie.

Ne t'approche point de moi, éloigne toi. Je ne vais plus fuir nulle part.

Car je défendrai mon coeur avec férocité et détermination.

Car mon Père du ciel est jaloux et défend mon coeur, son église, mon salut.


Crédit Photo: Patrick Fore 1 et 2

#combat #sainteté #jalousie #foi #salut #sanctifications #coeur #liberté #amour #église #histoiresdaujourdhui

29 vues

©2020 par Histoires d'ajourd'hui. Créé avec Wix.com